Photo Jason Kenney

Le premier ministre Jason Kenney s’est engagé dans la vie publique au début des années 1990 comme président de la Fédération canadienne des contribuables. Dans ce rôle, il s’est battu avec acharnement pour faire diminuer les impôts et encourager la responsabilité financière.

En 1997, il a 29 ans lorsqu’il est élu au Parlement par les résidents de Calgary. Il se consacre alors à unir les conservateurs du pays. Au cours de cette période au Parlement et à la suite du sondage annuel du magazine Maclean’s, ses collègues lui attribuent par vote les titres de « meilleur député », de « député le plus travaillant » et de « député le plus compétent ».

M. Kenney a été ministre du multiculturalisme pendant huit ans au sein du gouvernement Harper, période au cours de laquelle il a tendu la main aux néo-Canadiens en se portant à la défense du pluralisme social. C’est lui qui a occupé le plus longtemps le poste de ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration au Canada; pendant son mandat, il a accueilli plus de 1,3 million de nouveaux arrivants au pays, tout en mettant en œuvre des réformes complètes des programmes d’immigration, des programmes pour les réfugiés et des programmes de citoyenneté. Le quotidien The National Post a dit de lui qu’il était peut-être « le meilleur ministre de l’Immigration que le Canada ait connu ».

De 2013 à 2015, en qualité de ministre de l’Emploi et du Développement social, M. Kenney a mis en place une stratégie de formation professionnelle afin d’améliorer l’appui aux métiers spécialisés et à l’apprentissage professionnel. Ministre de la Défense nationale en 2015, il a déployé les forces militaires canadiennes pour lutter contre l’État islamique au Moyen-Orient et pour appuyer la modernisation des systèmes de défense de l’Ukraine.

En 2017, M. Kenney a été élu chef du Parti progressiste-conservateur de l’Alberta. Son mandat consistait à réunir le mouvement politique de la libre entreprise de la province, divisé à l’époque. Il a par la suite appuyé la création du Parti conservateur uni, en est devenu chef, pour ensuite jouer le rôle de leader de l’opposition.

En avril 2019, il a mené son parti à la victoire en récoltant 55 % du vote populaire à la suite d’une campagne axée sur la croissance économique et sur la défense d’une place équitable pour l’Alberta au sein de la fédération canadienne. Il est devenu le 18e premier ministre de l’Alberta lors de son assermentation le 30 avril 2019.