À noter :

Certains liens peuvent mener à des pages offertes en anglais seulement.

Lorsque les élèves sont placés dans des groupes d’enseignement en fonction de leur âge, les parents peuvent éprouver de la confusion à distinguer le niveau scolaire de leur enfant (le groupe qui reçoit l’enseignement) du niveau scolaire des diverses matières qu’apprend l’enfant (par exemple, l’enfant est placé en 4e année, mais en mathématiques, il est au niveau de la 3e année). Dans de tels cas, les parents peuvent mal interpréter l’information relative aux progrès de leur enfant. Ils peuvent penser que les indications de progrès satisfaisant se rapportent au niveau scolaire du groupe d’enseignement de leur enfant, plutôt qu’au niveau scolaire d’une matière donnée étudiée par leur enfant. L’utilisation de l’évaluation comme fondement pour communiquer le rendement de chaque élève veut diminuer ce genre de confusion et aider les enseignants à exercer leur responsabilité professionnelle de communiquer clairement les progrès de chaque élève.

Il incombe aux enseignants de s’assurer que les parents sont entièrement au courant :

  • des attitudes, des habiletés et des connaissances acquises par leur enfant par rapport à un ensemble de résultats d’apprentissage énoncés dans les programmes d’études;
  • du degré de réussite de leur enfant dans chaque matière;
  • du niveau scolaire atteint par leur enfant par rapport aux niveaux scolaires des programmes d’études provinciaux en English Language Arts, en français et en mathématiques.

Cette disposition ne limite pas la communication du rendement de l’élève à des rapports écrits pas plus qu’elle exige des écoles de recourir à une politique de placement ou à un type de groupement d’enseignement.

Les enseignants devraient communiquer le niveau scolaire qu’ils jugent qu’un élève a atteint, tout au moins pour les trois matières précisées. Le fondement de leur jugement professionnel doit être énoncé clairement pour que les parents comprennent bien de quelle manière l’apprentissage fait par leur enfant a été évalué.

Il revient aux directeurs d’école de déterminer comment mettre en œuvre cette disposition en consultation avec les enseignants, les parents et le conseil d’école, et ce, conformément aux politiques connexes de l’autorité scolaire. La communication peut avoir lieu de plusieurs façons, notamment les rencontres parents-enseignants, les portfolios servant à l’évaluation, les bulletins scolaires ou des échantillons de travaux d’élèves. Cependant, quelle que soit la façon dont cette disposition est mise en vigueur, ce sont souvent les rencontres face à face qui donnent lieu aux communications les plus claires et les plus ouvertes.

Tous les renseignements relatifs aux évaluations devraient être communiqués non seulement aux parents, mais aussi aux élèves lorsqu’il en va de leur intérêt fondamental. Il est particulièrement important de parler aux élèves de leur niveau de rendement lorsqu’ils planifient quels cours suivre plus tard et lorsqu’ils font leur choix de programmes.

Dans le but d’aider les enseignants à évaluer le rendement de leurs élèves par rapport aux normes provinciales, Alberta Education a rendu publics des exemples de tests de rendement complets pour chaque matière faisant l’objet d’un test de rendement provincial. Ce matériel est disponible sur Alberta.ca et comprend les questions, la clé de correction et tout autre document pertinent pour chacun des tests. Des exemples de rédactions tirées de tests de rendement provinciaux pour English Language Arts (6e et 9e années), Connaissances et employabilité − English Language Arts, français (6e et 9e années) et French Language Arts (9e année) sont également accessibles sur Alberta.ca.